• Stefano L. Lorusso

[MEE] En Cisjordanie, des volontaires internationaux pour sécuriser la récolte

Depuis le début des années 2000, des volontaires internationaux rejoignent les territoires occupés pour aider les agriculteurs palestiniens à accéder à leurs champs et terminer la récolte des olives sous la menace constante de la violence des colons.

Lien: https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/palestine-cisjordanie-volontaires-internationaux-recolte-olives-attaques-colons

Lien: https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/palestine-cisjordanie-volontaires-internationaux-recolte-olives-attaques-colons


Depuis le début des années 2000, des volontaires internationaux rejoignent les territoires occupés pour aider les agriculteurs palestiniens à accéder à leurs champs et terminer la récolte des olives sous la menace constante de la violence des colons Des volontaires internationaux aident une famille d’agriculteurs palestiniens lors d’une cueillette d’olives à Surif, au nord-ouest de la ville d’Hébron (MEE/Stefano Lorusso) Par Stefano Lorusso Salvatore

– BETHLÉEM, Palestine occupée Published date: Jeudi 10 novembre 2022 - 08:31 | Last update: 1 week 5 days ago Lorsqu’elle a vu les colons de la colonie de Yitzhar armés de bâtons et de pierres descendre la colline pour lancer l’attaque le 21 octobre dernier, Noirin O’Connor et un groupe de dix autres volontaires anglais débutaient la cueillette des olives dans village de Burin, au sud de Naplouse. « On a commencé à crier et à courir pour prévenir les autres et se mettre à l’abri. Nous avons échappé au pire, mais un jeune habitant du village atteint par une pierre a perdu son œil », raconte à Middle East Eye la volontaire de l’association Friends of Madama and Burin, deux villages palestiniens piégés entre Yitzhar et Har Bracha, des colonies connues pour la violence de leurs habitants. « L’armée a assisté à l’attaque du haut de la colline, sans intervenir. Les oliveraies sont devenues des champs de bataille », poursuit la volontaire, qui affirme ne pas récolter seulement des olives, mais aussi des projectiles et des bombes sonores lancées par les forces israéliennes. « On a commencé à crier et à courir pour prévenir les autres et se mettre à l’abri. Nous avons échappé au pire, mais un jeune habitant du village atteint par une pierre a perdu son œil » - Noirin O’Connor, volontaire Depuis 2004, l’association envoie tous les ans dans les deux villages environ 30 volontaires âgés de 20 à 70 ans pour soutenir une dizaine de familles d’agriculteurs palestiniens pendant la récolte des olives, au cours des mois d’octobre et de novembre. Ils se réveillent à l’aube et travaillent toute la journée aux côtés des agriculteurs avec qui ils ont établi des relations d’amitié. L’atmosphère est festive, mais l’angoisse que représente la menace de potentielles agressions de colons est palpable. « Nous agissons en tant que témoins et aidons les agriculteurs à terminer la cueillette le plus rapidement possible, ce qui fait baisser le temps d’exposition au risque d’attaques », poursuit la bénévole, qui en est à sa deuxième expérience dans le village de Madama, dont un tiers du territoire est situé en zone C, sous contrôle militaire et administratif israélien. Une cueillette sous tension C’est dans ce contexte tendu que, depuis le début des années 2000, des centaines de volontaires internationaux se rendent dans les territoires occupés dans le double but d’accélérer les opérations de cueillette et de dissuader les colons – dont la violence ne cesse d’augmenter ces dernières années – en particulier dans des villages considérés à risque et situés en zone C. Dans cette région morcelée par les colonies et constituant 60 % du territoire palestinien, les agriculteurs perdent progressivement accès à leurs oliveraies, que ce soit à cause des attaques des colons ou de la confiscation de leurs parcelles proclamées « terres d’État » et « zones militaires fermées » par Israël. Environ 326 400 dounams (32 640 hectares) de terrains agricoles seraient interdits d’accès aux agriculteurs dans les territoires occupés, ce qui impacte sévèrement le secteur primaire palestinien. « Notre ambition est de contribuer au sentiment de sécurité des agriculteurs, mais je ne crois pas que notre présence mitige les tensions entre les communautés. Les colons ne sont pas moins enclins à attaquer les Palestiniens devant des témoins internationaux », déplore Kath Brown, médecin et volontaire de Friends of Madama and Burin. Les attaques comme celle subie récemment par les volontaires anglais et les agriculteurs du village de Madama sont récurrentes pendant la cueillette. Entre les mois d’octobre et de novembre 2021, l’ONG israélienne Yesh Din a documenté au moins 42 attaques liées à la récolte, alors que cette année, le bilan provisoire est de 22 attaques selon le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA). « L’enjeu est clair : empêcher aux Palestiniens l’accès aux champs est en soi une revendication de la propriété de ces terres de la part des colons. Or, ces oliveraies appartiennent aux agriculteurs palestiniens », dénonce auprès de MEE l’activiste palestinien Khaled Abu-Qare, qui le 28 octobre dernier a filmé une attaque à Jibiya, au nord de Ramallah, au cours de laquelle neuf voitures ont été vandalisées, dont une appartenant à quatre volontaires internationaux. « En cas de tensions, nous essayons de négocier entre Palestiniens et colons afin d’empêcher les violences, mais dans la plupart des cas nous devons fuir pour ne pas être blessés car l’armée israélienne assiste aux attaques au lieu de sécuriser l’accès aux champs des agriculteurs palestiniens », explique Francesco Gigli, étudiant italien de biologie qui s’est rendu en Cisjordanie dans le cadre de la campagne de cueillette Faz3a (mot arabe qui signifie « assistance active et engagée »), à laquelle ont participé cette année dix volontaires internationaux. Le sentiment d’impunité des colons Ces tentatives de médiation peuvent virer au cauchemar pour certains activistes. Le 19 octobre dernier, lors d’une récolte organisée dans le village de Kisan, au sud de Bethléem, une activiste israélienne de 70 ans et une volontaire internationale ont été blessées par des colons armés de pierres et de bâtons ferrés. Elles ont été hospitalisées respectivement avec un poumon perforé et une fracture à la jambe selon des sources locales. « L’impunité des colons est l’une des raisons pour lesquelles je suis ici. Ils occupent illégalement des terres qui ne leur appartiennent pas et agressent les propriétaires légitimes des champs avec la certitude de ne pas être punis », analyse Ana*, volontaire et avocate espagnole experte en droit environnemental, qui inscrit sa présence en Cisjordanie dans une démarche militante. « Apprendre de leur persévérance » La trentenaire, qui participe à sa troisième récolte, profite des temps de latence entre un contrat et un autre pour se rendre dans les territoires occupés pendant au moins deux semaines et militer en faveur du droit des Palestiniens à récolter leurs olives. Ce sentiment d’impunité, selon elle, s’étend aux dégâts environnementaux causés par les colons qui déracinent les oliviers et incendient les champs des agriculteurs palestiniens. En 2021, plus de 9 300 oliviers auraient été détruits par les colons, tandis que, selon un rapport de Yesh Din, entre 2014 et 2019, seulement 25 enquêtes de police sur 273 ont abouti à la condamnation des responsables des attaques, soit 9 %, alors que 70 % ont été classées sans suite faute de preuves suffisantes. « La présence de bénévoles internationaux devrait avoir un effet dissuasif sur les attaques des colons mais ce n’est pas toujours le cas. Ils agissent surtout en guise de témoins qui aident les Palestiniens à accéder aux champs situés entre le mur de séparation et la Ligne verte ou à proximité des colonies », décrypte pour MEE Luisa Morgantini, ancienne parlementaire européenne et présidente de l’association italienne AssoPace Palestina, qui depuis 2005 permet à environ 25 volontaires de participer à la cueillette chaque année. L’accès aux champs situés entre la Ligne verte et le mur construit par Israël à travers la Cisjordanie, jugé contraire au droit international par la Cour internationale de justice, ou à proximité des colonies, où se situeraient au moins 300 000 oliviers selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), est régi par un système d’autorisations octroyées par les autorités israéliennes. Or, sous prétexte que les Palestiniens se serviraient de cet outil pour entrer illégalement en Israël et y chercher un emploi, les autorités israéliennes ont réduit le taux d’approbation de 71 % en 2013 à 27 % en 2020. « C’est la statistique qui m’a le plus impressionné et aussi la raison qui justifie ma présence dans les territoires occupés lors de la récolte. Parfois, ces agriculteurs n’ont que deux ou trois jours pour récolter leurs olives », affirme Lukas*, mécanicien polonais qui a participé à plusieurs cueillettes dans le gouvernorat d’Hébron, dans des villages à proximité des colonies et du mur. « J’ai l’impression d’apporter ma pierre à un édifice plus grand que moi car l’économie palestinienne est fortement tributaire du bon déroulement de la récolte », raconte le trentenaire à MEE. À raison, car l’ONU estime qu’entre 80 000 et 100 000 familles palestiniennes comptent sur la récolte pour renforcer leurs revenus. En août dernier, Lukas tombe sur un article de presse décrivant la cueillette des olives à Qusra, un village au sud de Naplouse, placé en zone C. Il le lit jusqu’au bout et reste autant fasciné par les couleurs dorées des paysages représentés en photo qu’égaré par les obstacles que les agriculteurs palestiniens doivent surmonter pour accéder à leurs champs. « Malgré la violence bureaucratique d’Israël et la violence physique des colons qui tentent de les intimider, les agriculteurs palestiniens continuent de revendiquer le droit d’accès à leurs champs d’oliviers. Je me suis dit que j’avais quelque chose à apprendre de leur persévérance. » * Les personnes interviewées n’ont pas souhaité donner leur nom de famille.